Histoires d\'objets militaires

3rd canadian infantry division

 

 la 3ème division d'infanterie canadienne

 

 

                                                        insigne de la 3éme division d'infanterie canadienne

 

 

                                                                     

 General : Rodney Keller

 

                                               Major général Rodney Frederick Leopold Keller 

 

 

 


  • Reconnaissance
    17th Duke of York's Royal Canadian Hussars
  • 7e brigade d’infanterie
    The Royal Winnipeg Rifles
    The Regina Rifle Regiment
    1st Canadian Scottish Regiment
  • 8e brigade d’infanterie
    The Queen's Own Rifles of Canada
    Régiment de la Chaudière
    The North Shore Regiment
  • 9e brigade d’infanterie
    The Highland Light Infantry of Canada
    The Stormont, Dundas, and Glengarry Highlanders
    The North Nova Scotia Highlanders
  • Support
    Ottawa's Cameron Highlanders
  • Artillerie
    12th field artillery regiment
    13th field artillery regiment
    14th field artillery regiment
    3rd anti-tank regiment
    4th light anti-aircraft regiment
  • Génie
  • Transmissions
  • Services

 

 

 

Dans la perspective de l’opération Overlord, la 3e DI fut sélectionnée pour faire partie des troupes de la première vague d’assaut. L’objectif qui lui était assigné était Carpiquet, situé à 18 km à l’intérieur des terres ; pour l’atteindre, la 3e DI fut renforcée par la 2e brigade blindée canadienne.

Le 6 juin, à partir de 8h00, la 3e DI débarquait sur la plage de Juno Beach. Sa progression au sortir des plages fut parmi les plus remarquables, mais les Canadiens ne purent avancer au-delà de Buron. Jusqu’au 11 juin, ils furent continuellement contre-attaqués par la 12e SS-PzD – Putot, Bretteville ou encore le Mesnil-Patry changèrent de main à plusieurs reprises.

 

 

 

Les officiers de Cameron Highlanders d'Ottawa de la 3ème Division d'Infanterie canadienne tiennent une séance sous la direction du Lieutenant Colonel P.C Klaehn. Les autres officiers présents sont : le Major R. Rowley, le Major J.W Forth, le Capitaine G.A Harris, le Capitaine J.M Lambert, le Capitaine R.F Ferrie.Conseil Régional de Basse-Normandie / Archives Nationales du CANADA



Ce n’est qu’au terme de plusieurs semaines d’une guerre de positions usante que la division fut relancée sur Carpiquet, le 4 juillet. L’aérodrome était défendu par à peine une compagnie de SS de la Hitlerjugend, retranchés dans des bunkers et fortement motivés. De leur côté, les Canadiens étaient soutenus par toute leur artillerie, y compris celle du croiseur HMS Rodney. Au terme d’un engagement violent, la 8e brigade parvint à se rendre maître de la plus grande partie de l’aérodrome, mais les hangars sud restèrent aux mains des Allemands, qui lancèrent de violentes contre-attaques. Ce n’est que le 9 juillet que l’aérodrome sera définitivement sécurisé.


Le 8, la 3e DI prit part à l’assaut contre Caen. Elle parvint à reconquérir le terrain brièvement occupé en juin, puis avança par Authie et l’abbaye d’Ardenne. Le lendemain, elle nettoyait le nord de la ville des derniers tireurs isolés. Ce n’est qu’avec l’opération Goodwood, lancée le 18 juillet, que la 3e DI pourra nettoyer les faubourgs sud – Colombelles et Vaucelles – des derniers Allemands. Le 31 juillet, après 55 jours de combats, la division fut enfin placée en repos pour une semaine.

 

                    soldats de la 3éme division d'infanterie

 

 

La 3e DI canadienne se retrouva à nouveau au coeur de l'action dans le cadre de l'opération Tractable, qui avait pour objectif de projetter le 2e Corps canadien jusqu'à Falaise. Elle avança sur le flanc gauche de l'axe d'attaque allié, traversant la vallée du Laison. Dans le cadre de la fermeture de la poche de Falaise, la 3e DI progressa à la suite de la 4ème D.B canadienne et de la 1ème D.B polonaise. Elle sécurisa Rouvres, puis la ligne de la Dives, assurant les arrières des forces blindées et empêchant l’infiltration d’unités ennemies. Elle termina sa campagne de Normandie en se dirigeant vers la Seine. En chemin, elle dut toutefois affronter les 26 et 27 août les troupes allemandes qui s’étaient retranchées dans la forêt de la Londe, avant de parvenir à Rouen le 30.



20/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres